La nuit de tous les mystères

novembre 28th, 2020

Murder party.

Voici un résumé assez clair : un milliardaire excentrique convie cinq protagonistes à passer une nuit entière dans une maison hantée. Les survivants recevront chacun la somme de 10000 dollars. Les invités ont tous une raison évidente d’accepter cette invitation incongrue et singulière : chacun a un grand besoin de recevoir la récompense promise : dépendance au jeu: dépendance au jeu (la journaliste Ruth Bridgers – Julie Mitchum), nécessité d’aider sa famille (la jeune fille méritante Nora Manning – Carolyn Craig), simple goût du lucre (le pilote d’essai Lance Schroeder –Richard Long), envie prétendue d’une expérience intéressante (le psychiatre David Trent –Alan Marshal). Read the rest of this entry »

Jusqu’au dernier

novembre 27th, 2020

Le crime ne paie pas. Du tout.

Bonne surprise que la découverte inopinée de ce bon agréable polar efficace, tourné par le bien oublié Pierre Billon. À dire vrai, je suis presque certain que c’était là le premier film que je voyais d’un réalisateur dont un des rares titres de notoriété est d’avoir mis en scène, en 1946, L’homme au chapeau rond, dernier film interprété par Raimu, adapté de L’éternel mari de Dostoïevski. Mais sinon, d’une honnête filmographie d’une bonne trentaine de films, dont certains ont paraît-il eu un certain succès public, rien ne surnageait. Read the rest of this entry »

Amarcord

novembre 25th, 2020

Itinéraire d’un enfant gâté.

Faut-il en énoncer l’évidence ? La mémoire est une féerie monstrueuse et somptueuse. Il suffit de la laisser aller en vagabondage, puis de la solliciter un peu pour en voir surgir des mots, des traits, des scènes, des visages qu’on s’imaginait avoir oubliés et qui ne demandent pas mieux que venir s’installer au devant de la scène. Pour la comédie que l’on joue à soi-même et que l’on peut appeler aussi, tout simplement la vie. Nous sommes si riches, si secrets à nous-mêmes, tant de sources bouillonnent en nous et il y a tant de routes, de chemins, d’allées et de sentiers qui s’ouvrent à chaque instant devant nos pas que le fait de s’égarer dans l’un ou l’autre n’a rien qui doive surprendre beaucoup écrit Marcel Aymé dans Uranus (un livre qui vaut bien mieux que le film qui en a été tiré par le médiocre Claude Berri). Read the rest of this entry »

Berlingot et Compagnie

novembre 22nd, 2020

Encalminés dans la mélasse.

Si un bon connaisseur du cinéma français d’antan me cite dans la conversation les noms de Fernandel et de Charpin en les liant, je vais sans doute engager le dialogue en évoquant le merveilleux Schpountz de Marcel Pagnol où ces deux grands acteurs interprètent certaines des scènes les plus remarquables, les plus drôles, les plus émouvantes qui se puissent ; si on me pousse un peu dans mes retranchements, je citerai aussi La fille du puisatier du même auteur où, derrière l’ombre immense de Raimu, l’un et l’autre tiennent solidement les seconds rôles. Et si on me traque jusqu’au bout, je pourrai même trouver au fin fond de ma mémoire Ignace de Pierre Colombier, qui n’est pas un film déplaisant dans le genre. Read the rest of this entry »

Talons aiguilles

novembre 19th, 2020

La leçon d’anatomie.

Chaque fois que je regarde un film de Pedro Almodovar, je me dis que ce n’est pas mal, que les actrices sont bien photographiées, qu’elle baignent dans des océans de couleurs bien disposées, qu’il y a du rythme, de la fantaisie. Et j’étais à deux doigts d’écrire avec bienveillance de l’originalité. Mais parallèlement, dans mon cortex profond (ce qu’il en demeure, en tout cas), il y a un diablotin narquois qui me susurre : Tu ne penses pas plutôt que c’est toujours le même film, ressassé jusqu’à plus soif ? Et c’est bien sûr ce diablotin qui a de la mémoire et qui a parfaitement raison. Read the rest of this entry »

Trois jours de bringue à Paris

novembre 17th, 2020

Les mystères de La Ferté sous Jouarre.

Lorsque qu’on découvre en têtes d’affiche d’un film français de 1954 les noms de Lucien BarouxPierre LarqueyArmand Bernard, on est bien fondé à penser qu’on ne va pas s’émerveiller devant un chef-d’œuvre immarcescible. Et on n’est pas plus rassuré en voyant surgir en deuxième rideau Georges BeverFélix OudartRaymond Cordy ou, chez les dames, Milly Mathis.Mais tout cela s’arrange lorsqu’on sait que le producteur/réalisateur/scénariste est le Titan du nanard, l’immortel Émile Couzinet, auteur du grandiose Congrès des belles-mères et dont je me propose de regarder prochainement La famille Cucuroux ou, si je parviens à le trouver, Mon curé champion du régiment. Et qu’on ne vienne pas me dire que Michelangelo Antonioni a davantage de talent : ça reste à prouver. Read the rest of this entry »

New York-Miami

novembre 16th, 2020

Pauvre petite fille riche.

On se demande bien pourquoi le film s’appelle New York-Miami et non pas Miami-New York puisque l’action du film remonte vers le nord à partir de la Floride dans une sorte de pérégrination pétillante, pleine de vivacité, mais comme ce mystère n’est pas près d’être résolu, on s’en contente. Et on a plaisir à découvrir un film amusant, charmant, enlevé dont on voit bien d’emblée sur quoi il se dirige, mais dont les péripéties sont bien amenées. De là à s’extasier de ce qu’il ait reçu cinq Oscars (je dis ça pour ceux qui sont impressionnés pour ces bibelots d’inanité sonore), il faut tout de même mettre la pédale un peu plus douce. C’est bien, mais ce n’est pas très bien et c’est tellement prévisible, dès le premier instant qu’on ne peut pas crier à l’excellence. Read the rest of this entry »

Les Nibelungen : la vengeance de Kriemhild

novembre 16th, 2020

Tristes tropiques.

On ne va pas dénier à Fritz Lang un sens imposant de l’épopée et de l’image. L’ambition de réaliser une fresque, en s’appuyant sur de vieilles légendes germaniques remises au devant de la scène par Richard Wagner est de noble propos, les moyens mis en œuvre sont imposants, la théâtralité du récit est impeccable. Ajoutons que – pour un film de 1924 – la restauration filmique a été très honorable et que la musique de Gottfried Huppertz, qui s’enroule autour de plusieurs thèmes de Wagner, précisément, s’adapte particulièrement bien à ce long récit. Un questionnement, toutefois : faut-il penser que cette musique était, à chaque représentation, jouée par un orchestre spécifique (puisqu’il n’y avait pas encore de piste sonore sur les pellicules) ? Ou, comme dans la plupart des films un pianiste isolé tentait-il d’accorder son jeu aux séquences ? Ou enfin que la musique a été ajoutée, grâce à je ne sais quel subterfuge technique au film dès que le cinéma est devenu parlant, vers 1930 ? Je serais preneur de toute information là-dessus. Read the rest of this entry »

Les Nibelungen 1 : la mort de Siegfried

novembre 13th, 2020

La marche sur Worms.

Voilà que je m’attaque à un monument imposant dont la première partie dure 2 heures 20, (la seconde presque autant), qui est un film de 1924 – donc muet – et qui relate de vieilles légendes germaniques, de cette Germanie sombre et violente dont je me méfie beaucoup plus que du coronavirus, parce qu’elle est malheureusement beaucoup plus durable. Un film dont toutes les séquences sont de longueur excessive, dilatées au maximum, alors même que le récit mis en scène pourrait tenir sur un ticket de métro (ceux-ci devant disparaître à court terme, mon allusion ne sera pas comprise bien longtemps : tant pis !).

Read the rest of this entry »

Easy rider

novembre 12th, 2020

L’Amérique insolite.

Voici un film qui existe et subsiste dans les mémoires moins par ce qu’il montre que par ce qu’il est : une sorte de manifeste libertarien, un pied de nez aux conformismes et aux clacissismes de toute nature, une sorte d’évasion un peu dingue dans d’immenses paysages, dans des couchers de soleil somptueux, dans des histoires de rencontres sans lendemain, dans une indifférence au monde traditionnel. Voilà un film qui a représenté et, d’une certaine façon, fasciné toute une génération. Voilà que notre génération bénie du baby-boom rencontrait après les fleurs des hippies, les grosses motos des routards, leur individualisme exacerbé et pourtant indolent, surtout peut-être leur indifférence aux lendemains ; pas la moindre bribe d’envie de révolution, dans Easy rider : on vit comme on veut et on se fiche du reste du monde. D’ailleurs, ce qui peut étonner beaucoup nos esprits cartésiens et amateurs de cases bien rangées, Dennis Hopper était un fervent partisan des Républicains et aurait sans doute voté pour Donald Trump s’il n’était mort en 2010. Read the rest of this entry »