La fille aux yeux d’or

février 19th, 2020

Les brunes comptent pas pour des prunes.

Je gage que si Jean-Gabriel Albicocco, au lieu de vouloir l’adapter au XXème siècle, avait conservé à La fille aux yeux d’or le parfum de son époque originelle, c’est-à-dire de la Restauration, il aurait pu parfaitement réussir ce qui était alors son premier film et donner une interprétation assez fascinante du court roman d’Honoré de Balzac, troisième volet, après Ferragus et La duchesse de Langeais de l’étrange Histoire des Treize. Treize amis unis par une sorte de pacte inébranlable, une société secrète vouée à l’accomplissement de tous les désirs de ses membres, au dessus des lois et de toute morale. Read the rest of this entry »

La ruée vers l’or

février 18th, 2020

La neige était nulle.

Je n’ai jamais compris ce qui avait pu séduire tant de monde – y compris des esprits parmi les meilleurs – dans les gugusseries de Charlie Chaplin, plus connu sous le nom de Charlot. Ses mimiques, ses coups de pied au cul en traître, ses clins d’œil complaisants, roublards au spectateur, son insupportable dégaine à chapeau melon, redingote crasseuse et badine cinglante sont pour beaucoup le summum du cinéma comique muet, alors que ses films répétitifs et pesants, consacrant la victoire des filouteries diverses sont cent coudées au dessous de L’étroit mousquetaire de Max Linder, chef-d’œuvre de cocasserie qui date de 1922. Read the rest of this entry »

Le vieil homme et la mer

février 15th, 2020

« Homme libre, toujours… »

Il fallait vraiment qu’Hollywood fût certain de sa toute-puissance pour imaginer imposer sur tous les écrans du monde une anecdote aussi mince et un film interprété, à peu de choses prés, par un seul acteur. Mais en 1958, c’est vrai, les États-Unis étaient au faîte de leur renommée et pouvaient imposer à tous les petits garçons du monde l’histoire d’un simple pécheur aux prises avec la rudesse de l’Océan. Une belle aventure, au demeurant, un grand acteur, Spencer Tracy, une de ces légendes un peu oubliées aujourd’hui, mais qui ont marqué notre imaginaire par tant et tant de grands rôles, par sa robustesse, sa rugosité, sa solidité. Petit rapprochement incongru : dans La neige en deuil d’Edward Dmytryk, qui se passe en pleine montagne, Tracy sauve son frère de la mort en retenant de ses mains nues qui s’ensanglantent la corde qui file. Et dans Le vieil homme et la mer, il y a la même image de paumes abîmées par un filin brûlant… Read the rest of this entry »

Décalage horaire

février 13th, 2020

Robinet d’eau tiède.

C’est du cinéma qui ne laisse pas la moindre trace ; qui n’en a laissé aucune, d’ailleurs, depuis 2002 où le film est petitement sorti sur les écrans et dont on a peine à croire que quelqu’un, moins de vingt ans plus tard, puisse se souvenir. Et pourtant j’ai regardé ça sur un DVD édité en Russie où il y a donc eu des gogos pour s’y laisser prendre. Et pourtant aussi Décalage horaire n’a pas été tourné par un obscur débutant juste sorti de la FEMIS, n’a pas été interprété par deux jeunes comédiens balbutiants à peine issus du Conservatoire de Chalon-sur-Saône (ou de Pampérigouste, si l’on préfère). Read the rest of this entry »

House of cards

février 11th, 2020

Gardez votre lèvre supérieure rigide !

C’est bien long quatre épisodes de 55 minutes, c’est-à-dire 3h40 de spectacle absorbés en continuité surtout si on s’y perd un peu et s’y ennuie de temps en temps. Mais tant à faire, puisqu’on a regardé le premier épisode, on ne va pas rechigner à découvrir les suivants. C’est d’ailleurs là le piège des feuilletons : vouloir connaître la fin de l’histoire et savoir précisément comment ce qu’on suspectait dès le premier épisode se réaliserait, voire quelles seraient les révélations épouvantables sur tel ou tel protagoniste dont on pouvait, avec une certaine naïveté, suspecter les noires menées. Read the rest of this entry »

1917

février 10th, 2020

Service inutile.

6 avril 1917. Le front de la Somme où, l’année précédente a eu lieu une des tueries les plus sanglantes de la Grande guerre. Les positions se sont stabilisées, mais les craquements se font entendre au sein même des puissances belligérantes. Qui va lâcher le premier ? Le 6 avril 1917, c’est aussi l’entrée en guerre officielle des États-Unis au côté des Alliés ; on perçoit que l’apport de leurs troupes va être décisif lorsqu’elles arriveront à plein régime. Il est vital pour l’Allemagne de faire bouger les lignes, de diminuer la longueur du front et de s’adosser aux positions fortifiées de la Ligne Hindenburg, vaste système défensif de 160 kilomètres de long. Read the rest of this entry »

Quatorze juillet

février 8th, 2020

Deux sous d’amour.

Combien de temps a-t-il fallu à René Clair pour ravaler ses préventions contre le cinéma parlant, pour comprendre que son refus du son et des dialogues était un combat perdu d’avance, emporté par le goût du public et davantage encore par la simple évidence ? Charmant, séduisant fantaisiste, bien doué par les fées de la création, il se méfiait comme la peste de ces innovations modernes qui lui paraissaient priver le cinéma, art nouveau, art moderne, art du 20ème siècle débutant et triomphant de ce qui faisait sa spécificité et sa magie : orientations surprenantes des caméras, lumières incroyables, poésies éclatantes du mouvement. Read the rest of this entry »

Lions love (…and lies)

février 7th, 2020

La récréation est finie.

On prête à Winston Churchill un aphorisme narquois et bien dans sa manière : Les prévisions sont particulièrement difficiles à faire, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. N’empêche que le foisonnement démolisseur et anarchique de Mai 68 et des années qui ont suivi pouvait sans trop de difficultés être lu dans l’épanouissement bizarre de ce qu’on a appelé la contre-culture, née sur les campus étasuniens à base de LSD et d’autres substances hallucinogènes, de liberté sexuelle débridée et de musiques discordantes. Dès les années 66 ou 67, on connaissait déjà en France les noms de Jack Kérouac ou de Timothy Leary. Il ne fallait pas être si malin que ça pour imaginer que tout ce qui rassemblerait soleil, musique et sexe était promis à un bel avenir. Read the rest of this entry »

L’ardoise

février 5th, 2020

À effacer, vite !

À côté d’un chanteur inoffensif, Adamo, un peu niquedouille, fait pour le cinéma comme moi pour le macramé, il y a deux excellents acteurs. Et même trois si l’on ajoute le souverain Jean Desailly, mais qui a un trop petit rôle ici pour qu’on en parle. Deux excellents acteurs, donc. Bien sûr Michel Constantin dont la gueule cabossée et les fortes paluches ont été tant et tant, et souvent si bien utilisées au cinéma depuis que Jacques Becker l’a imposé dans Le trou. Et si on se souvient surtout de Jess Hahn dans des rôles de gangster ou d’espion balourd, il faut voir combien, si bien dirigé par Éric Rohmer, il est remarquable dans Le signe du lion, seule tête d’affiche qu’il ait jamais obtenue. Read the rest of this entry »

Belle du Seigneur (film)

février 5th, 2020

Il y a dans le scandale recherché quelque chose de bien vulgaire

Comment ça ! Vous avez le culot de mettre un infâmant 1 à un film que vous n’avez pas vu et que vous vouez sans nuances aux gémonies ? Vous êtes décidément un drôle de zigoto !

Eh oui, je n’ai pas vu ça, ne le verrai jamais et j’ai de toutes mes fibres espéré que cette mauvaise action ne se commettrait pas. Pourquoi ?

Eh bien moi, qui pense être un assez bon connaisseur de l’œuvre d’Albert Cohen, totalement inadaptable, tant sa langue et ses extraordinaires chatoiements ne peuvent être transposés, je frémissais rien qu’à l’idée qu’un crétin prétendait s’emparer de ce livre admirable ! Le bide extraordinaire et mérité du Mangeclous de Moshé Mizrahi ne leur avait donc pas suffit ???

Read the rest of this entry »