Archive for the ‘Non classé’ Category

Nuits blanches à Seattle

mardi, janvier 3rd, 2023

Comédie pluvieuse.

Rituellement, à l’issue du journal télévisé de 13 heures, TF1 propose aux spectateurs une comédie (romantique, ou dramatique ou policière : peu importe : c’est le même gloubi-glouba). C’est à ce moment là que, forcément, je change de chaîne. Je suppose que si j’étais assidu de ces monuments de pâtisserie plutôt écœurante, je trouverais dans la masse proposée à l’attention des vieillards qui, comme moi, sont à la limite de la sieste digestive, je trouverais, donc, quelque chose d’un peu analogue à Nuits blanches à Seattle. Le mélange niais d’un sujet tragique larmoyant et d’une histoire amoureuse cousue d’une multitude de fils blancs. (suite…)

Punch-Drunk love (Ivre d’amour)

samedi, décembre 31st, 2022

Nous ne sommes pas des anges.

Je sais bien que Paul Thomas Anderson est aujourd’hui révéré comme un des meilleurs réalisateurs de notre siècle (qui, soit dit en passant, commence à avoir un peu de bouteille : plus de son cinquième, près de son quart). Un réalisateur dont je n’ai pas vu grand chose et dont le peu que j’ai vu ne m’a pas ébloui : There will be blood plutôt bien mais éparpillé, anarchique, sans cohérence, et même assez souvent ennuyeux. Magnolia foutraque, dispersé, niais ; il est vrai que ce gros gâteau torturé dure plus de trois heures. Avec Punch-Drunk love, le réalisateur est revenu à des durées plus convenables : 97 minutes en comptant un interminable générique final. (suite…)

Scarface

samedi, décembre 17th, 2022

La résistible ascension de Tony Camonte.

Je n’ai regardé l’hommage que Brian De Palma a rendu, en 1986, au film initial, le Scarface de  Howard Hawks, qu’il y a sept ans et je découvre aujourd’hui le film assez mythique qui a eu tant et tant de retentissement. Et j’en suis, sinon déçu, du moins un peu dépité, tant l’original m’aura paru bien inférieur à son brillant remake. Il n’est pas impossible que mes réticences ne soient dues qu’à ma méconnaissance du cinéma étasunien du début des Années 30 et à mon indifférence pour cette ridicule période de la prohibition, vertueuse protestante tentative de modifier, en la punissant, la nature humaine. Exactement ce que cherchent aujourd’hui à accomplir écologistes, wokistes et autres empêcheurs de profiter des si rares plaisirs de la vie. (suite…)

Le secret magnifique

vendredi, novembre 18th, 2022

Lacrymalissime.

Il paraît que des réalisateurs aussi différents que Pascal ThomasMaurice Pialat et même le hideux Jean-Luc Godard attachaient de l’importance au cinéma de Douglas Sirk et même, pour certains, lui vouaient une adulation singulière. Pour quelles raisons ? Le sens de l’espace, le choix des couleurs (très ou trop chatoyantes), le rythme supposé des films qui fait alterner séquences vives, voire brutales et longues plages plus calmes. De fait, je ne dis pas le contraire : Douglas Sirk est assurément un cinéaste de grande qualité technique, sachant bâtir un spectacle qui, visuellement, en met plein les yeux, dans des nuances colorées qui font songer aux belles (!!!) boîtes de chocolats qui font florès aux moments de Noël et du Jour de l’An et émerveillent les âmes simples.

(suite…)

Conversation secrète

vendredi, novembre 11th, 2022

La face d’ombre du monde.

Je ne suis pas si obtus, si buté, pas si mauvais bougre que ça. La meilleure preuve c’est qu’après m’être endormi naguère devant Conversation secrète, je me suis courageusement replongé dans un film que j’avais jugé obscur et emberlificoté. Il est vrai qu’à la deuxième vision, je l’ai trouvé tout autant obscur et emberlificoté, mais sans doute étais-je moins pompette et ai-je pu apprécier davantage la maîtrise dérangeante de Francis Ford Coppola, sa faculté à mettre en scène un monde gênant, empli de faux-semblants, de pistes troubles, de secrets absurdes, de non-dits et de tout le tremblement. On a pu mettre en parallèle ce film et le très médiocre Blow-up de l’ennuyeux Antonioni. Il y a un peu de ça, mais je songe aussi au film d’un bien plus grand réalisateur, Le locataire de Roman Polanski. (suite…)

L’apiculteur

lundi, octobre 24th, 2022

Mortelle randonnée 

Voilà bien le premier film de Theodoros Angelopoulos, figure révérée par la critique savante, que je regardais. Je ne suis pas certain que j’en verrai un second, malgré la curiosité que j’éprouve pour un aussi étrange titre que Le pas suspendu de la cigogne du même réalisateur. Une brève exploration sur les médias savants permet de le classer dans la même mouvance que les enquiquineurs patentés Ingmar Bergman ou Michelangelo Antonioni. Émoustillé par la présence en première ligne de Marcello Mastroianni, je crois que si j’avais lu cela auparavant, je n’aurais sans doute pas, rebuté d’avance, regardé L’apiculteur. J’aurais sûrement eu tort. (suite…)

L’étrangleur de Boston

dimanche, octobre 23rd, 2022

Danse au dessus du gouffre.

Je suis plutôt partagé sur L’étrangleur de Boston et ma note est fluctuante : film simplement moyen ou au dessus de la moyenne ? Selon que je pense à tel ou tel épisode, je vague et j’erre entre ces orientations. Je place en négatif la trop longue durée du film, la répétitivité de plusieurs épisodes, l’abus – qui m’a quelquefois exaspéré – de cette pourtant très bonne idée de l‘écran partagé (split-screen je crois), l’abandon de certaines pistes qui m’auraient semblé séduisantes à suivre. En même temps je me dis qu’un sujet aussi complexe et le parti justement pris de traiter à la fois l’atmosphère de l’époque, la longue accumulation des crimes, la traque du tueur, sa capture, l’exploration de sa mentalité justifient durée et caractère froid, documentaire souvent, en tout cas non anecdotique du film de Richard Fleischer. (suite…)

Roubaix, une lumière

jeudi, octobre 20th, 2022

Petit quinquet.

Incroyable ! J’ai été effaré de constater que Roubaix, une lumière était déjà le quatrième film d’Arnaud Desplechin que je regardais. Le réalisateur en a tourné quatorze et j’en ai donc vu plus d’un tiers alors que tout, dans le personnage du réalisateur, notamment son adulation pour les délinquants sans-papiers me fait horreur ! Qu’est-ce qui me prend donc de ne pas fuir absolument tout ce que tourne un type si éloigné de moi par toutes ses orientations ? Peut-être, tout simplement, son talent de tourneur d’images qui fait que, malgré que j’en aie, je ne peux pas trouver absolument abominables Rois et reineJimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines) ou Tromperie. (suite…)

La tente rouge

mardi, octobre 11th, 2022

Lorsqu’il y avait encore des aventuriers…

Il n’y a pas à dire, Neil Armstrong, le 21 juillet 1969, c’était formidable et nous avons été des millions à vibrer lorsque, pour la première fois On a marché sur la lune. Mais enfin, à y bien réfléchir, il n’était que le résultat, en quelque sorte agi d’un système merveilleusement organisé. En tout cas bien davantage qu’un rêveur, un peu ou énormément fou lancé à la poursuite d’une idée. Les grands explorateurs, les bourlingueurs de génie, les cinglés magnifiques qui traversaient des terres inconnues, qui sillonnaient les océans immenses sans assistance et sans cartes, les champions qui escaladaient les sommets les plus élevés du monde, tout cela n’existe plus. Il n’y a plus rien à découvrir, plus de Conquérants de l’inutile dont parlait le grand alpiniste Lionel Terray. (suite…)

Carré de valets

jeudi, septembre 29th, 2022

Tout est possible.

Ai-je déjà vu un film plus idiot et plus insignifiant que ce Carré de valets du prolifique André Berthomieu ? Un réalisateur qui n’a pas tourné que des bêtises et qui a réussi, par exemple, un assez bon Mort en fuite en 1936, avec Jules Berry et Michel Simon ; mais un réalisateur de grande série voué au cinéma du samedi soir, c’est-à-dire à la facilité absolue, qui procurait au brave public des salles périphériques son content d’émotions, de battements de cœur et de grosse rigolade. Tout pour plaire, en quelque sorte : des acteurs un peu notoires, en tout cas bien reconnaissables (même si on ne se rappelait pas forcément leur nom), une intrigue assez facile à suivre et in fine, la retrouvaille des amoureux que le mauvais sort avait pu un instant dissocier. (suite…)