Quatorze juillet

février 8th, 2020

Deux sous d’amour.

Combien de temps a-t-il fallu à René Clair pour ravaler ses préventions contre le cinéma parlant, pour comprendre que son refus du son et des dialogues était un combat perdu d’avance, emporté par le goût du public et davantage encore par la simple évidence ? Charmant, séduisant fantaisiste, bien doué par les fées de la création, il se méfiait comme la peste de ces innovations modernes qui lui paraissaient priver le cinéma, art nouveau, art moderne, art du 20ème siècle débutant et triomphant de ce qui faisait sa spécificité et sa magie : orientations surprenantes des caméras, lumières incroyables, poésies éclatantes du mouvement. Read the rest of this entry »

Lions love (…and lies)

février 7th, 2020

La récréation est finie.

On prête à Winston Churchill un aphorisme narquois et bien dans sa manière : Les prévisions sont particulièrement difficiles à faire, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. N’empêche que le foisonnement démolisseur et anarchique de Mai 68 et des années qui ont suivi pouvait sans trop de difficultés être lu dans l’épanouissement bizarre de ce qu’on a appelé la contre-culture, née sur les campus étasuniens à base de LSD et d’autres substances hallucinogènes, de liberté sexuelle débridée et de musiques discordantes. Dès les années 66 ou 67, on connaissait déjà en France les noms de Jack Kérouac ou de Timothy Leary. Il ne fallait pas être si malin que ça pour imaginer que tout ce qui rassemblerait soleil, musique et sexe était promis à un bel avenir. Read the rest of this entry »

L’ardoise

février 5th, 2020

À effacer, vite !

À côté d’un chanteur inoffensif, Adamo, un peu niquedouille, fait pour le cinéma comme moi pour le macramé, il y a deux excellents acteurs. Et même trois si l’on ajoute le souverain Jean Desailly, mais qui a un trop petit rôle ici pour qu’on en parle. Deux excellents acteurs, donc. Bien sûr Michel Constantin dont la gueule cabossée et les fortes paluches ont été tant et tant, et souvent si bien utilisées au cinéma depuis que Jacques Becker l’a imposé dans Le trou. Et si on se souvient surtout de Jess Hahn dans des rôles de gangster ou d’espion balourd, il faut voir combien, si bien dirigé par Éric Rohmer, il est remarquable dans Le signe du lion, seule tête d’affiche qu’il ait jamais obtenue. Read the rest of this entry »

Belle du Seigneur (film)

février 5th, 2020

Il y a dans le scandale recherché quelque chose de bien vulgaire

Comment ça ! Vous avez le culot de mettre un infâmant 1 à un film que vous n’avez pas vu et que vous vouez sans nuances aux gémonies ? Vous êtes décidément un drôle de zigoto !

Eh oui, je n’ai pas vu ça, ne le verrai jamais et j’ai de toutes mes fibres espéré que cette mauvaise action ne se commettrait pas. Pourquoi ?

Eh bien moi, qui pense être un assez bon connaisseur de l’œuvre d’Albert Cohen, totalement inadaptable, tant sa langue et ses extraordinaires chatoiements ne peuvent être transposés, je frémissais rien qu’à l’idée qu’un crétin prétendait s’emparer de ce livre admirable ! Le bide extraordinaire et mérité du Mangeclous de Moshé Mizrahi ne leur avait donc pas suffit ???

Read the rest of this entry »

Exodus

février 3rd, 2020

Sur le théâtre du Monde.

Voilà un très gros film hollywoodien, très et trop copieux, qui, pendant plus de trois heures, essaye sans beaucoup de nuances de raconter un des événements majeurs du 20ème siècle, un de ces événements qui retentissent très largement sur le monde d’aujourd’hui : la création ex nihilo de l’État d’Israël. Très et trop copieux, c’est bien cela : un de ces gâteaux considérables plein de bonnes choses, du miel, des framboises, du caramel, de la chantilly qui satisfont nos gourmandises mais laissent la place à un peu trop de satiété ; c’est déjà ça : il n’y a pas d’écœurement. Mais en fait on sait depuis longtemps que qui trop embrasse, mal étreint et qu’à force d’empiler Pélion sur Ossa, comme les Géants de la mythologie grecque, on montre une ambition trop forte, démesurée à mes yeux. Read the rest of this entry »

Moi, Gagarine

février 1st, 2020

Le néant subventionné.

Cette chose informe, qui dure 61 minutes difficilement supportables, a été subventionnée par une kyrielle d’organismes bien-pensants. Le CNC, France 2 (nos impôts !!!), Lyon Capitale TV et aussi d’autres organismes, plus ou moins assistés ou bénéficiant de déductions fiscales intéressantes (toujours nos impôts !!!). Qu’une ânerie pareille ait bénéficié de telles grasses complaisances en dit long sur le petit monde de l’entre-soi cinématographique. Si l’on fait partie du Camp du Bien, on a droit à une abondante avoine dans la mangeoire. Si l’on n’en fait pas partie, on peut toujours se brosser, comme Cheyenne Carron qui poursuit son chemin en accumulant les pires difficultés. Read the rest of this entry »

La vie de plaisir

janvier 30th, 2020

Drôle de fourmilière.

Je viens de découvrir La vie de plaisir qui est le deuxième film que je voyais d’Albert Valentin, après Marie-Martine. À l’un et l’autre film, je mets une note excellente et je me dis qu’en les regardant à nouveau quelque jour, il n’est pas certain que je ne les apprécierai pas davantage. Et pourtant la notoriété de ce cinéaste d’origine belge est bien confidentielle. Pourquoi ? D’abord il n’a pas beaucoup tourné lui-même, alors qu’il a été le scénariste de nombre d’œuvres, certaines très ou assez réussies (Le ciel est à vousAu p’tit zouaveL’étrange Madame X), d’autres moins convaincantes (L’affaire des poisonsArchimède le clochardLe bateau d’Émile) ; il n’a pas beaucoup tourné – et il faudrait que je voie L’entraîneuse avec Michelle Morgan – parce que, précisément La vie de plaisir a causé un tel scandale dans la France de la fin de la guerre (sortie le 16 mai 1944 !!!) que le cinéaste a pratiquement été interdit de tourner, de la même façon que Henri-Georges Clouzot. Quand les ukases ont été levés, le feu sacré s’était sans doute éteint… Une carrière brisée net. Read the rest of this entry »

Leaving Las Vegas

janvier 29th, 2020

Sur les rives du Styx.

Ben Sanderson (Nicolas Cage) ne boit pas : c’est pire. Il avale, il ingurgite, il absorbe du whisky, du gin, du bourbon, de la vodka, de la tequila, engloutis directement au goulot des bouteilles ; il ne me semble pas avoir jamais vu un alcoolisme aussi quantitatif, si je puis dire, au point qu’on a presque du mal à y croire parce qu’on se dit qu’on aurait soi-même roulé sous la table si on dévorait le quart du tiers dont ce scénariste en pleine déglingue démolit sa vie. Sa femme l’a quitté ; boit-il parce qu’il a été quitté ou a-t-il été quitté parce qu’il buvait ? La question demeure incertaine, y compris pour lui. Sa femme est partie et son patron de Los Angeles le fiche à la porte : on sait d’emblée qu’il n’y aura pas d’issue. Il en est d’ailleurs tellement conscient qu’il décide d’aller terminer son existence à Las Vegas parce qu’au moins là-bas, au Nevada, on peut acheter de l’alcool à toute heure du jour et de la nuit et partout. Read the rest of this entry »

Belle du Seigneur

janvier 27th, 2020

Promenade avec l’amour et la mort.

Qu’est-ce que c’est que ce livre qui a fasciné, émerveillé, stupéfié des générations, saisies par l’histoire éclatante de Solal et d’Ariane, goûtée jusqu’à l’amertume et la désolation ? Qu’est-ce que c’est que ce livre-phare de la Littérature française ? Ce livre-continent qu’on peut ne pas cesser d’explorer et qui, comme tous les continents, va de plaines en montagnes, de rivières en précipices, de volcans en marécages ?

Read the rest of this entry »

Sideways

janvier 25th, 2020

Avec une poignée de terre.

Finalement, alors que, grâce à leur beauté, à leur rapport avec la Civilisation, au rapport avec notre identité française nos terroirs devraient donner aux réalisateurs des tas d’idées de scénarios, il n’y a pas tant que ça de films qui donnent sa place au vin, la première, la meilleure et la plus belle boisson du monde. A part les assez gentils MondovinoSaint AmourTu seras mon filsCe qui nous lie, films estimables mais sans éclat, que pouvons-nous dire alors que nous sommes le creuset de ce breuvage magique et merveilleux ? Pas grand chose ; et c’est aussi pour ça que nous devons subir Coca-Cola.

Read the rest of this entry »