La chambre du fils

novembre 8th, 2022

Ça n’arrive qu’aux autres.

J’ai mis du temps à entrer dans le cinéma de Nanni Moretti. Un très mauvais jugement pour Bianca, trouvé nombriliste, verbeux, ennuyeux. Mais tout de suite après un grand intérêt pour La messe est finie puis pour La cosa (film réservé à ceux qui s’intéressent aux carabistouilles du Parti communiste italien). Et là, cette émotion de La chambre du fils. Je ne suis pas persuadé que le réalisateur regorge de talent, mais en tout cas il sait frapper là où ça fait mal. Ce qui n’est pas si fréquent dans le monde du cinéma moderne, standardisé, formaté, ennuyeux, nourri des ukases du politiquement correct, de la conformité aux larges émotions habituelles emplies du moralisme de notre temps. Read the rest of this entry »

Trois hommes et un couffin

novembre 6th, 2022

Le cinéma plon-plon.

Voilà un film qui rencontra un succès public gigantesque (plus de dix millions d’entrées, un score parmi les dix ou quinze plus importants jamais enregistrés ; le trentième : ça laisse pantois). C’est un de ces succès qui ne s’expliquent pas, qui se bâtissent sur des publics qui habituellement ne vont pas au cinéma et qui, en même temps y affluent grâce à cet étrange phénomène du bouche à oreille. Franchement la meilleure et la plus certaine des publicités, le plus remarquable des marketings qu’on ait jamais trouvés. Il est bien vrai que l’idée de base ne manque pas de structure, qu’elle est originale et amusante et que Coline Serreau, la réalisatrice en sait tirer au moins au début, les meilleurs aspects. Read the rest of this entry »

La corruption

novembre 3rd, 2022

L’adolescent désemparé.

Première fois que je regardais un film de Mauro Bolognini, cinéaste dont j’avais à peine entendu parler mais qui paraît avoir eu, jadis, une certaine notoriété et qui me semble être intéressant sans qu’il atteigne les sommets des grands réalisateurs d’Italie RosselliniDe SicaRisiMonicelliComencini,  Ce n’est pas mal du tout, une belle ouvrage bien interprétée, bien mise en musique, assez brève pour ne pas trop se distendre dans la banalité. Scénario un peu simpliste, un peu manichéen, surtout un peu trop prévisible. Un film pour grandes consciences heurtées (ou faisant mine de l’être) par le choc abyssal entre les beaux idéaux et la vilaine réalité.

Read the rest of this entry »

La loi du silence

novembre 3rd, 2022

Mélodrame nigaud.

J’en suis toujours à me demander ce que le monde du cinéma a bien pu trouver à Alfred Hitchcock pour le placer sur une telle éminence cinématographique et faire de ce réalisateur banal et débonnaire une des lumières du Septième Art. Plutôt plus limité que Gilles Grangier ou Georges Lautner il bénéficie d’adulations invraisemblables pour son cinéma bien souvent routinier et ce n’est pas grâce à quelques films assez réussis (La mort aux troussesPsychoseFrenzy) qu’il survivra pour la postérité. Écrivant cela je me rends compte que le gros homme est mort il y a plus de quarante ans et que son aura ne paraît pas décliner. Quelle pitié ! Read the rest of this entry »

Simone, le voyage du siècle

octobre 31st, 2022

Pitchi poï.

Il est assez difficile de réussir une hagiographie, un film où une figure admirable est placée au premier plan, célébrée, adulée, contemplée sans beaucoup d’épaisseur critique. Mais il est certain que si, dans les derniers temps du 20ème siècle, une figure s’est imposée comme une sorte de modèle éclatant, c’est bien celle de Simone Veil. Dans la salle de cinéma où ma femme et moi avons vu le film d’Olivier Dahan, tout à l’heure, il y avait, conduites par leurs vigilantes mamans, des petites filles à qui l’on pensait pouvoir montrer et donner comme exemple quelqu’un qui, de toute sa vie, n’avait jamais failli. Et qui, de toute sa longue existence compliquée, n’avait jamais montré qu’ouverture, intelligence, force d’âme, puissance intellectuelle… Bref quelqu’un qui était, d’une certaine façon, la Jeanne d’Arc du siècle denier, une figure stupéfiante et insurpassable.

Read the rest of this entry »

Cagliostro

octobre 27th, 2022

Interdit aux enfants.

Que l’on se rassure, le titre de ce message, Interdit aux enfants, ne signifie pas qu’il faut cacher à nos chères têtes blondes un film de 1949 parce qu’il présente des séquences d’insoutenable cruauté ou des images pornographiques. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est bien plus grave, mais je ne suis pas très loin de le penser. Parce que torturer ainsi l’Histoire de France, fût-elle inspirée d’Alexandre Dumas (qui n’est vraiment pas, pourtant, un modèle de rigueur en la matière) n’est tout de même pas très convenable. Et montre bien comment les gens du Nouveau Monde ignorent la réalité historique mais aussi, ce qui est plus ennuyeux, l’esprit de cette réalité. Read the rest of this entry »

Les brutes dans la ville

octobre 26th, 2022

Toujours aussi mal barrée, la Révolution…

Ce n’est pas si mauvais que ça, en fait. C’est très insuffisant, fondé, il est vrai, sur un scénario à la limite inférieure de la débilité mais irrigué tout de même d’assez jolies cruautés et de quelques images intéressantes. Pauvre Mexique disait je ne sais plus qui, si loin de Dieu, si près des États-Unis… et il est vrai que tout ce qui tourne autour de ce pays singulier marqué, un demi millénaire plus tôt par les horreurs aztèques, ne laisse pas indifférent. Et ce n’est pas pour rien que le grand Sam Peckinpah, avec toute son amertume, en a fait sa terre de prédilection. Ou d’épouvante, si l’on préfère. Et on a raison de préférer ceci à cela, plus épouvante que prédilection. Read the rest of this entry »

Voilà

octobre 25th, 2022

Une histoire de rien du tout.

Il y a un moment où on se demande si on ne se fiche pas de nous. Complétement, totalement, absolument. Je sais bien que nous, spectateurs sommes à la fois prêts à tout et si différents que, pour satisfaire notre soif d’images, nous devons bien admettre que tous les goûts soient dans la nature ; les films les plus austères et les plus grasses sottises, les films d’acteurs et les films sans acteurs ; il paraît qu’il existe même des films sans image, avec écran noir permanent. Pourquoi pas ? Nous devons être six ou sept milliards d’individus sur notre Terre (et à chaque mot que j’écris il s’en ajoute encore) et il me semble sinon normal, du moins logique que là-dessus il y ait bon nombre qui ne partagent pas mes goûts et mes partis-pris. Ils ont tort, mais qu’y puis-je ? Read the rest of this entry »

L’apiculteur

octobre 24th, 2022

Mortelle randonnée 

Voilà bien le premier film de Theodoros Angelopoulos, figure révérée par la critique savante, que je regardais. Je ne suis pas certain que j’en verrai un second, malgré la curiosité que j’éprouve pour un aussi étrange titre que Le pas suspendu de la cigogne du même réalisateur. Une brève exploration sur les médias savants permet de le classer dans la même mouvance que les enquiquineurs patentés Ingmar Bergman ou Michelangelo Antonioni. Émoustillé par la présence en première ligne de Marcello Mastroianni, je crois que si j’avais lu cela auparavant, je n’aurais sans doute pas, rebuté d’avance, regardé L’apiculteur. J’aurais sûrement eu tort. Read the rest of this entry »

L’étrangleur de Boston

octobre 23rd, 2022

Danse au dessus du gouffre.

Je suis plutôt partagé sur L’étrangleur de Boston et ma note est fluctuante : film simplement moyen ou au dessus de la moyenne ? Selon que je pense à tel ou tel épisode, je vague et j’erre entre ces orientations. Je place en négatif la trop longue durée du film, la répétitivité de plusieurs épisodes, l’abus – qui m’a quelquefois exaspéré – de cette pourtant très bonne idée de l‘écran partagé (split-screen je crois), l’abandon de certaines pistes qui m’auraient semblé séduisantes à suivre. En même temps je me dis qu’un sujet aussi complexe et le parti justement pris de traiter à la fois l’atmosphère de l’époque, la longue accumulation des crimes, la traque du tueur, sa capture, l’exploration de sa mentalité justifient durée et caractère froid, documentaire souvent, en tout cas non anecdotique du film de Richard Fleischer. Read the rest of this entry »