Babel

avril 10th, 2019

Ouarzazate et mourir.

Qu’est-ce que c’est que la virtuosité, qualité essentielle, mais non suffisante qui échoit en partage à certains artistes, qui appelle à en admirer l’éclat, le brio et le brillant, mais qui porte en elle-même ses limites ? L’histoire de la musique a retenu le nom de Niccolo Paganini comme un violoniste dont on n’hésitait pas à qualifier le jeu de diabolique, paraissant surmonter les pires difficultés avec une grande facilité, mais il n’occupe pas, dans l’histoire de la musique, une autre place que celle d’un instrumentiste souverainement doué. Et, par conséquence, d’un interprète aux capacités un peu vaines, réservées à l’éclat, mais nullement à la profondeur. Read the rest of this entry »

M le maudit

avril 8th, 2019

Un homme marche dans la ville.

Le premier film parlant de Fritz Lang commence, de fait, à toute allure et introduit d’emblée le spectateur dans le récit : des enfants qui, dans la cour d’un immeuble ouvrier, chantent une comptine affreuse. Le méchant tueur vient à son heure, il fera de toi un hachis !. Rien de plus délicat pour l’enfant ainsi sorti de la ronde. On sent rôder l’inquiétude des mamans. Puis un gros plan sur une affiche : 10.000 marks sont offerts à celui qui donnera un renseignement sur le tueur qui sévit en ville et qui a déjà assassiné plusieurs petites filles. La maman qui se ronge les sangs en sentant passer les minutes et ne voit pas son enfant revenir déjeuner ne supporte plus l’attente.

Read the rest of this entry »

La charge de la brigade légère

avril 5th, 2019

Qui va à la charge perd sa place.

Je sais qu’il est de bon ton aujourd’hui de se gausser du ton du film de Michael Curtiz ; on lui trouve tous les défauts que la doxa contemporaine s’attache à extirper de nos cervelles : apologie du colonialisme, de la bravoure folle, des vertus guerrières, de l’élégance des uniformes et de la discipline des troupes de Sa Majesté britannique. J’ai même lu quelque part que des amis des animaux s’étaient émus parce que quelques chevaux s’étaient cassé les pattes lors des cavalcades et avaient dû être abattus (comme tous les chevaux sur tous les champs de course du monde, en tout cas jadis et naguère ; peut-être que maintenant on sait les soigner, tant mieux pour eux). Je sais aussi qu’il existe une version postérieure de l’aventure, réalisée par Tony Richardson en 1968 (tiens donc ! la date n’est pas insignifiante) qui prend le contre-pied de la légende dorée interprétée par Errol Flynn. Read the rest of this entry »

Le lieu du crime

avril 4th, 2019

La maison près de la rivière.

Il y a longtemps que je n’avais pas vu un film au scénario aussi médiocre, un scénario qui confine au ridicule et y tombe souvent. C’est d’autant plus choquant que ça émane d’un réalisateur aussi notoire, aussi célébré, aussi encensé même qu’André Téchiné, encore aujourd’hui révéré parmi les grandes pointures de la création cinématographique. Et cela bien que, depuis une bonne vingtaine d’années, ses films n’aient plus beaucoup d’impact public, si ce n’est sur les professionnels de la profession et ceux qui les suivent fiévreusement. Mais enfin BaroccoMa saison préféréeLes voleurs, précisément, ça avait de la tenue et le récit de chacun des films était intelligent, cohérent, quoique toujours déchiré.

Read the rest of this entry »

Le tracassin ou les plaisirs de la ville

avril 3rd, 2019

In illo tempore…

Je ne placerai pas le film au dessus de la moyenne, même si j’ai passé un assez bon moment à le regarder. . Si l’on n’est pas trop regardant sur le scénario, si l’on admet et apprécie le genre classique et un peu lourdingue de l’accumulation des catastrophes qui se succèdent, se répondent, s’entrechoquent, se multiplient et finissent par rendre la situation du héros à peu près insoluble, on s’amusera devant ce gentil petit objet cinématographique à usage des salles de deuxième rang qui existaient encore dans le paysage tranquille de la France de 1961. Quelque chose de bien reposant qui a dû remporter un bon succès public et n’être pas même cité dans les colonnes de Positif et des Cahiers du cinéma.

Read the rest of this entry »

Victoria

avril 1st, 2019

Si j’avais compris quelque chose…

Oui, si j’avais compris quelque chose, j’aurais certainement haussé Victoria au meilleur rang des agréables comédies contemporaines où les problèmes insolubles entraînés par la dissociation des couples, les stress professionnels, les incertitudes des amitiés sont mis au devant de la scène. Partis comme nous sommes, nous n’aurons d’ailleurs bientôt plus le choix qu’entre les films de cet ordre, représentant les urbains premiers de cordée macroniens et ceux qui décrivent la réalité de la France périphérique, les travailleurs pauvres lepénistes. Après tout pourquoi pas ? On ne peut demander à tous les cinéastes d’avoir du génie et de transcender les catégorisations sociales et politiques de leur époque. Donc limitons nous à notre bel (?) aujourd’hui. Read the rest of this entry »

Festen

mars 31st, 2019

Tout sur mon père.

Je ne suis pas persuadé que l’esprit de système soit une bonne chose et qu’il faille à un écrivain ou à un artiste s’enrégimenter sous une bannière pour offrir au monde son talent. Naturalisme, surréalisme, Nouveau roman ne mènent pas toujours bien loin, sauf pour ceux qui parviennent à s’en échapper. Et, au cinéma, la Nouvelle vague n’a vraiment eu de corps – et d’intérêt pour ses membres – qu’en s’instituant groupe de pression, lobby de cinéastes qui cherchaient surtout à avoir la peau des cinéastes qui étaient en place, ceux de la Qualité française. Ils arboraient ab initio une volonté de révolutionner la mise en scène pour imposer spontanéité, authenticité, décors naturels, son direct, insertion dans la réalité vécue… Mais dès qu’ils ont eu atteint quelque notoriété, les plus roublards d’entre eux – François TruffautClaude Chabrol –se sont émancipés et ont construit une œuvre qui ne devait plus grand chose aux dogmes qu’ils avaient prétendument embrassés. Read the rest of this entry »

Seven

mars 28th, 2019

Am stram gram, pic et pic et colegram.

Rien n’effraie davantage l’imaginaire que le tueur en série parce que si, pour les faire tenir sages, on peut raconter aux petits enfants des histoires de loups-garous, on sait bien qu’existent au delà des fariboles, la réalité des crimes à haute échelle. Songeons à Gilles de Rais, ancien compagnon de Jeanne d’Arc, à la comtesse sanglante Erszebeth Bathory, à Jack l’éventreur, qu’on vient enfin d’identifier formellement. Et à la multitude de récits proposés à l’écran, depuis M le maudit de Fritz Lang. On peinerait sans doute à dresser une typologie de cette forme industrielle cinématographique d’assassinats. Read the rest of this entry »

Barbecue

mars 27th, 2019

Mal grillé et sans piment.

Un acteur qui peut être remarquable dans un rôle exigeant – Lambert Wilson – Des hommes et des dieux – une humoriste qui peut être très amusante sur scène – Florence Foresti -. Autour d’eux un rassemblement de comédiens dont certains – Sophie DuezGuillaume de TonquédecLionel Abelanski – ne sont pas médiocres, malgré la présence pustulesque du gugusse Franck Dubosc. Et, au final une pitrerie formatée pour les assoupissants dimanches soir de TF1. Read the rest of this entry »

Les invités de mon père

mars 25th, 2019

Nouillerie bien pensante.

Oh là là, que c’est mauvais, convenu, trafiqué, faussement hardi, faussement paradoxal, faussement incisif, plein de niaise bonne conscience et, en même temps se voulant acide et pénétrant ! Read the rest of this entry »